Actualités

Soirées étudiantes et prévention de l’alcool

20 mars 2020

Quand on est étudiant, la gestion de la consommation d’alcool ne doit pas être secondaire. Organiser une soirée étudiante ne se fait donc pas à la légère. Turdus fait le point pour vous sur vos obligations et vos responsabilités en tant qu’association étudiante organisatrice ou bureau des étudiants (BDE). Le déroulement de ce type de soirée est en effet soumis à la même réglementation que les réunions publiques.

De la distribution d’alcool à la distribution d’éthylotest gratuit

La vente et la distribution d’alcool en soirée est donc globalement très encadrée : vous ne pouvez servir ce que vous voulez à qui vous le voulez. Il vous faut en effet faire les démarches nécessaires pour ouvrir un débit de boisson temporaire. Effectuez cette démarche au moins deux semaines avant le jour J en vous adressant à la mairie de la ville dont vous dépendez ou à la Préfecture de police si vous êtes à Paris. Une fois l’autorisation accordée, conservez précieusement ce récépissé afin de pouvoir vous justifier en cas de contrôle.

Quelles boissons pouvez-vous proposer ?

Cette ouverture de débit de boisson temporaire va vous permettre de mettre à disposition des boissons faisant partie des trois premiers groupes. À savoir des boissons sans alcools bien entendu (1er groupe), mais également des fermentées non distillées, comme de la bière, du vin, du cidre ou du chouchen par exemple (2e et 3e groupes). Oubliez par contre tout de suite tous les alcools forts de type rhum, vodka ou whisky, qui font eux partie des 4e et 5e groupes. Ces boissons ne peuvent être vendues que dans un débit de boisson ayant obtenu la licence IV, également nommée « licence de plein exercice » ou « grande licence ».

Il vous sera également impossible d’organiser un open-bar sans vous exposer à de lourdes sanctions (7 500€ d’amende et en cas de récidive, 1 an de prison et 15 000€ d’amende !). Préférez une soirée bien gérée et responsable qui laissera à tous un bon souvenir.

Gérez intelligemment vos boissons

L’alcool est la cause de 41 000 décès par an et sa consommation chez les jeunes reste un sujet très préoccupant. N’oublions pas que le cerveau des adolescents est en plein processus de maturation et reste très vulnérable à toutes ces substances psychoactives dont fait partie l’alcool, qu’il soit fort ou pas. Il est donc important de sensibiliser tous ces jeunes notamment lors des soirées étudiantes. S’amuser ne doit pas obligatoirement être synonyme d’alcool. Charge à vous de valoriser les boissons sans alcool, ce n’est pas si compliqué ! Des tarifs préférentiels, des contenants plus grands et plus attractifs… et n’hésitez pas à proposer un vaste choix avec notamment des cocktails sans alcool. Pensez également que vous vous devez de mettre à disposition de l’eau potable gratuitement à tous les participants. Mais vous pouvez aussi ajouter à votre carte, de l’eau pétillante, de l’eau aromatisée… bref laissez le choix aux étudiants !

L’alcool est la cause de 41 000 décès par an et sa consommation chez les jeunes reste un sujet très préoccupant. N’oublions pas que le cerveau des adolescents est en plein processus de maturation et reste très vulnérable à toutes ces substances psychoactives dont fait partie l’alcool, qu’il soit fort ou pas. Il est donc important de sensibiliser tous ces jeunes notamment lors des soirées étudiantes. S’amuser ne doit pas obligatoirement être synonyme d’alcool. Charge à vous de valoriser les boissons sans alcool, ce n’est pas si compliqué ! Des tarifs préférentiels, des contenants plus grands et plus attractifs… et n’hésitez pas à proposer un vaste choix avec notamment des cocktails sans alcool. Pensez également que vous vous devez de mettre à disposition de l’eau potable gratuitement à tous les participants. Mais vous pouvez aussi ajouter à votre carte, de l’eau pétillante, de l’eau aromatisée… bref laissez le choix aux étudiants !

Autre point capital : pensez à bien briefer votre staff : il est interdit de servir de l’alcool à quelqu’un qui est déjà ivre. En effet, la responsabilité de votre association pourrait être mise en cause en cas d’accident. Et pour que le retour de chacun chez soi se déroule en toute quiétude… pensez aux à-côtés.

Sécurisez le retour : éthylotests gratuits et covoiturage

Inutile de se leurrer, certains auront forcément bu le verre d’alcool de trop. C’est donc à vous d’anticiper cette évidence, et de mettre à disposition tous les moyens nécessaires pour que le retour des participants se déroule au mieux. Vous vous devez notamment de proposer des éthylotests afin que chacun puisse se tester en cas de doute. N’oubliez pas d’opter si nécessaire pour un modèle spécial « jeunes conducteurs ». En effet, les permis de moins de deux ans ne sont pas soumis au même seuil de détection : 0.10mg/l d’air expiré ou 0.2g/l de sang seulement !

Pour info, sachez que les débits de boissons dont nous parlions au début de cet article (licence IV) doivent également vous proposer des éthylotests s’ils sont autorisés à fermer entre 2 et 7 heures du matin.

L’organisation de votre soirée étudiante devrait aussi passer par la mise à disposition d’un système de navette par exemple ou de covoiturage. Mais il vous faudra communiquer largement là-dessus en amont afin que tout le monde s’organise en fonction. Inutile en effet de se rendre sur place en voiture si vous avez prévu de repartir en navette.

Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à contacter le Comité départemental de l’association Prévention Routière de votre région pour organiser une opération « Capitaine de soirée » également appelée le SAM. D’ailleurs, savez-vous ce que signifie SAM ? Sans Accident Mortel ! Joli résumé qui va dans le sens d’une organisation sans faille en amont de votre soirée étudiante.