Actualités

L’alcool et les virus : faisons le point

6 octobre 2020

L’actualité s’y prête, même si cela n’a pas grand rapport avec les éthylotests. Nous faisons un tour d’horizon aujourd’hui sur les différents types d’alcools susceptibles de nous prêter main forte face aux virus en règle générale… et pourquoi pas au coronavirus.

La consommation d’alcool ne protège pas de la COVID-19

grog avec ou sans alcool

Commençons par le commencement, et certifions, comme le fait l’OMS sur son site que « Boire de l’alcool ne protège pas contre la COVID-19 et peut être dangereux ». L’Organisation Mondiale de la Santé rappelle même que la « consommation fréquente ou excessive d’alcool peut augmenter les risques pour votre santé ». Cependant, on ne peut oublier les remèdes de grand-mère qui préconisent de boire un bon grog en cas d’état grippal. Cela tue-t-il réellement les microbes ? À vrai dire, rien n’est moins sûr. Car le grog, ce n’est pas que du rhum, mais plutôt un ensemble d’ingrédients qui a fait ses preuves. Le miel tout d’abord va apaiser vos maux de gorges et vous apportera le sucre nécessaire pour un petit coup de fouet bienvenu. Le citron, ensuite, a des propriétés anti-infectieuses et anti-inflammatoires notables : à rajouter juste avant de le consommer pour en profiter car il perd ses propriétés une fois chaud. La cannelle enfin, a des propriétés antibactériennes et vous donnera un petit coup de pouce pour combattre les microbes. Ainsi, comme vous pouvez le voir, déjà sans alcool, votre grog va vous aider à combattre un bon nombre de petits maux, de façon naturelle grâce à ces ingrédients savamment dosés. Mais alors… à quoi sert le rhum là-dedans ?

Vous n’êtes pas sans savoir que l’alcool vous procure une légère sensation de chaleur qui sera opportune en cas de fièvre par exemple. Il vous permettra également de vous détendre. Mais attention à ne pas en abuser car non seulement l’alcool va vous apporter pas mal de calories mais peut également refroidir dans un second temps votre corps. Vous aurez également noté qu’à aucun moment nous vous avons indiqué que le rhum allait tuer ces bactéries ou venir à bout du virus qui vous ronge. Car c’est faux : votre grog sera tout aussi efficace sans alcool !

L’alcool… dans les solutions hydroalcooliques ou autres gels

Une fois le précédent point établi sans équivoque, parlons un peu des solutions hydro alcooliques qui ont fait une entrée fracassante dans nos vies ces derniers mois. Vous faisiez peut-être partie de ces personnes qui avaient un petit flacon de gel dans la portière de la voiture pour l’utiliser après avoir le fait le plein d’essence. Voire peut-être au fond du sac pour éviter les mains qui collent après le goûter du petit dernier. Aujourd’hui, nous nous lavons bien plus fréquemment les mains grâce à ce produit. Et même, nous l’espérons, en règle générale.

Car le corps médical a beau le répéter depuis des décennies, le lavage régulier des mains est le moyen le plus efficace et le plus simple pour lutter contre les infections nosocomiales notamment, mais également de nombreux maux et épidémies saisonnières comme la gastroentérite par exemple. Entre nous, le savon de Marseille fait parfaitement l’affaire en règle générale, mais il est vrai que pour un lavage de mains sans lavabo, les solutions hydroalcooliques sont parfaites.

Ainsi, l’utilisation des solutions hydroalcooliques (SHA) permet effectivement de tuer les microbes sur votre peau, voire sur les surfaces de contact (poignées de porte, boutons d’ascenseur, clavier d’ordinateur, etc.). Mais en aucun cas, leur injection dans l’organisme ou leur inhalation vous aidera en quoi que ce soit. Bien au contraire. Il s’agit ici encore des conseils de l’OMS qui désire avant tout mettre fin à certaines idées reçues qui ont notamment circulées sur les réseaux sociaux.

Qu’en est-il de l’alcool à 90° ou de l’alcool à 70° ?

Nous avons tous dans notre armoire à pharmacie de l’alcool pour désinfecter les petites plaies du quotidien. Bien souvent, nous avons tendance à penser que l’alcool à 90 ° est plus efficace que celui à 70°. Tout simplement parce que « plus y en a, mieux c’est, non ? ». Et bien en fait non.

Sans rentrer dans les détails, l’équilibre entre les concentrations d’alcool et d’eau est optimal dans l’alcool à 70°. C’est pour cette raison qu’il est à préférer pour désinfecter, surtout dans sa version dénaturée : idéal pour passer un petit coup sur vos surfaces non poreuses ou quelques objets usuels. Mais vous pouvez également préférer certaines lingettes désinfectantes très pratiques car à emporter partout. À noter également que le vinaigre blanc ne convient pas pour cet usage de désinfection. Il s’agit pourtant, avec le savon noir ou le bicarbonate de soude, de produits que nous employons de plus en plus dans notre intérieur, surtout si nous avons la fibre écologique. Mais ces produits, ne sont malheureusement pas des virucides : ils ne viendront à bout d’aucun virus.

Quid de l’eau de Javel ?

L’eau de Javel est LE désinfectant plébiscité depuis plusieurs générations de ménagères de tout âge. Malgré une efficacité qui n’est plus à démontrer, aujourd’hui ce produit est controversé car plutôt très toxique, non seulement pour la santé, mais également pour l’environnement.

Son utilisation est cependant à favoriser après un nettoyage en règle, car elle ne contient aucun tensio-actif, c’est-à-dire que l’eau de Javel n’a aucun pouvoir nettoyant, elle ne fait que désinfecter les surfaces. Une fois vos surfaces nettoyées de toutes souillures, diluez 250 ml d’eau de javel dans un 1 litre d’eau et vous obtiendrez la solution parfaite pour désinfecter vos plans de travail et autres surfaces de bureau. Et n’oubliez pas de rincer après avoir laissé poser quelques minutes !!